La Vallée des lacs sous une mer de nuages. Il y a 12 000 ans, le fond de la vallée était encore occupé par un vaste glacier.

Au pays des "Ballons"

Le centre des Jonquilles est implanté dans la Vallée des trois lacs, au coeur des Hautes-Vosges, et sur le territoire du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges. Cette partie méridionale du massif vosgien présente un paysage très boisé, plutôt accidenté et fortement marqué par l'érosion glaciaire.
Malgré leurs altitudes modestes, les plus hautes sommets avoisinants (dont le Hohneck, 1367 m, deuxième plus haut sommet du massif) subissent des conditions climatiques sévères, comparables en tous points à celles qui règnent sur la côte ouest islandaise.

Les "Ballons" des Vosges sont les restes d'un vaste et vieux massif granitique, complètement érodé au cours du Secondaire puis basculé et relevé au Tertiaire. Contrairement aux idées reçues, les formes actuelles du relief sont donc récentes, contemporaines de la formation des Alpes, du Jura, puis des phases de glaciations qui suivirent (la dernière ayant pris fin il y a 10 000 ans environ, ce qui, à l'échelle géologique, peut être considéré comme une poussière).

Les caractéristiques géologiques et climatiques des Hautes Vosges ont modelé au cours des derniers millénaires des milieux naturels remarquables, souvent marqués par la présence d'espèces animales et végétales rares et fragiles.



Tourbière de Lispach. Dans les Vosges, les tourbières constituent quasiment les seuls milieux naturels
qui nous soient parvenus intacts depuis la fin de la dernière glaciation.

L'empreinte de l'homme

Sous son aspect souvent sauvage, surtout en amont, la Vallée des trois lacs est également modelée par des activités humaines considérables. Autrefois marquée par une importante activité industrielle (textile notamment), jusque dans les années 1960, la vallée a retrouvé un renouveau économique avec l'essor du tourisme et notamment le développement du ski et des activités d'été. En outre, suite à la déprise agricole amorcée dès la fin du XIXème siècle, l'exploitation du bois s'est intensifiée et est devenue une des activités économiques dominantes dans la région.

L'enjeu actuel, crucial pour l'avenir du territoire, consiste donc à concilier une forte fréquentation touristique (surtout en hiver et en été), une importante activité forestière et la préservation d'espaces naturels remarquables, souvent protégés par des Réserves naturelles, des APB (arrêté de protection de biotope) ou sous contrats Natura 2000.




Chamois sur les pentes du Hohneck.